Personnel et représentant(e)s

notre équipe

En tant que leader mondial de la transition des danseurs, nous participons activement à des conférences internationales et à des initiatives de recherche et aidons à conduire le changement au sein de la communauté de la danse.

Personnel

Joysanne Sidimus

Joysanne Sidimus

Fondatrice du CRTD
Megan Andrews

Megan Andrews

Directrice générale par intérim
Kasia Hannah

Kasia Hannah

Directrice des services aux membres
Neetika Sharma

Neetika Sharma

Directrice des opérations
Rachel Dupéré

Rachel Dupéré

Administratrice du service aux membres
Carola Jaque

Carola Jaque

Directrice du développement et du financement
Giulia Tripoli

Giulia Tripoli

Directrice des opérations - Bureau du Québec
Jessica McKeown

Jessica McKeown

Assistante de programmation
Paige Wichers

Paige Wichers

Assistante d’engagement

Représentant(e)s

Paige Wichers

Paige Wichers

Représentantes de l’Alberta
Eugene “GeNie” Baffoe

Eugene “GeNie” Baffoe

Représentante du Manitoba
TBA

TBA

Représentantes de l’Atlantique

Originaire de New York, Joysanne Sidimus a fait des études au Barnard College où elle a étudié en religion comparée avant d’entrer au New York City Ballet. Elle est ensuite devenue soliste avec le London Festival Ballet et danseuse étoile au sein du Pennsylvania Ballet et du Ballet national du Canada.

Après son retrait de la scène, elle a enseigné de façon intensive et, depuis les 35 dernières années, travaillé comme répétitrice des œuvres de Balanchine, principalement pour le Ballet national du Canada et à l’international. En plus de son travail de répétitrice, Joysanne Sidimus a fondé le Centre de ressources et transition pour danseurs en 1985, et en a assuré la direction générale pendant 20 ans. Elle a coécrit deux livres, siégé à de nombreux comités consultatifs et été la vice-présidente fondatrice du conseil d’administration de l’Artists’ Health Centre Foundation (renommée l’Artists’ Health Centre).

Elle est la récipiendaire de nombreux prix et honneurs, notamment la Médaille du service méritoire du Gouverneur général pour sa contribution significative à la vie culturelle du Canada avec la fondation du Centre de ressources et transition pour danseurs. Elle a également reçu, en 2006, le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle comme reconnaissance de sa contribution artistique.

Le CRTD bénéficiera des nombreuses années d’expériences de Monsieur Clake au sein de la direction d’organismes artistiques à but non lucratif. Directeur général de Canadian Artists Representation/Le Front des artistes canadiens (CARFAC Ontario) durant près d’une décennie, après en avoir été le coordinateur des services aux membres, il a travaillé plus récemment pour les artistes de la scène en tant que chef de projet principal de la Canadian Actors’ Equity Association. Durant ce dernier mandat, il a joué un rôle prépondérant avec la création et le développement de la campagne anti-harcèlement Not in OUR Space! destinée aux artistes de la scène dans le cadre des contrats de l’association. Titulaire d’un baccalauréat ès arts de l’Université McMaster, d’une maîtrise ès arts de l’Université de Leeds, ainsi que d’un diplôme d’études supérieures en gestion culturelle du Collège Humber, il est par ailleurs doctorant en études culturelles de l’Université Queen’s.

Durant toute ma carrière, je me suis attaché à améliorer la condition des artistes au sein de la société, ainsi qu’à convaincre les personnes en poste de décision du rôle essentiel que les artistes jouent dans le monde », note Monsieur Clarke. « Apprendre de mes respectés collègues à Equity et à CARFAC, ainsi que des nombreux organismes dans lesquels j’ai œuvré ou œuvre encore en tant que membre de leur conseil d’administration, s’est révélé extrêmement gratifiant. J’espère faire profiter le CRTD, en partenariat avec son conseil d’administration et son personnel, de toute l’expérience accumulée, afin de poursuivre dans la voie marquante tracée par Amanda Hancox.

Née et élevée dans une famille saskatchewanaise férue de danse, Kasia Hannah est l’une des nombreuses danseuses à avoir été influencée par feu la grande Doris Sitter. Elle déménage à Toronto pour y suivre le programme de danse commerciale du George Brown College, et, son diplôme en poche, s’active dans cette industrie tout en se formant aux danses de salon et à la danse latine. Après sa rencontre avec la chorégraphe et danseuse Pastel Supernova, elle se joint à sa compagnie, Love Letters Cabaret. Membre de la distribution originale, Hannah devient tour à tour répétitrice, régisseuse et productrice. Les deux femmes collaborent durant plus de cinq ans, avec une remarquable équipe, à la création de divertissements comprenant des courts-métrages, des festivals Fringe ainsi que des compétitions burlesques internationales.

Enseignant la danse en partenaire et le burlesque, Kasia Hannah lie les nombreux besoins émotifs de ses élèves à la musique et au mouvement. Elle privilégie alors une approche par la base pour comprendre l’aspect thérapeutique du mouvement et de la danse, particulièrement dans les domaines du burlesque et de la danse en partenaire. À la recherche d’espaces non traditionnels, elle offre d’enseigner le mouvement à quiconque s’y intéresse. Dancing in the Park, né en 2012, promeut la danse en couple et ses possibilités de rapprochement dans les parcs publics de la Ville Reine. Puis c’est au tour de Ballroom to Burlesque, qui s’attarde à la communication silencieuse transmise par le toucher des partenaires et encourage les femmes à éveiller davantage leur sensualité leur amour de soi. Durant sa transition du domaine de la danse, elle obtient un diplôme en travail social communautaire, nourrissant l’ambition d’être active dans la communauté de la danse au Canada. Travaillant durant ses études au sein du groupe de Toronto Dancing with Parkinson’s, elle collabore étroitement avec sa fondatrice, Sarah Robichaud, et réalise à quel point la danse peut changer des vies.

Avec une approche basée sur un cadre anti-oppressif, Kasia Hannah s’emploie à créer un espace d’accès ouvert et inclusif aux précieux services du CRTD. Elle soutient tous les genres de danse et souhaite entendre davantage les voix des communautés de danse stigmatisées, afin de s’assurer que tous les danseurs et toutes les danseuses aient droit à un avenir stable.

C’est avec grand enthousiasme que Kasia Hannah se joint à l’équipe du Centre de ressources et transition pour danseurs en tant que nouvelle directrice des services aux membres. Elle qui a toujours souhaité « danser sa vie » est reconnaissante de pouvoir mettre enfin ce credo en pratique ! Bienvenue Nouvelle membre de notre équipe

Directeur du marketing et des communications
Jon Drops Reid consacre sa carrière en danse professionnelle et en administration à mobiliser la communauté de la danse. En plus de ses domaines de prédilection en danse – b-boying/breaking battles, théâtre, performance, production, éducation, commissariat et chorégraphie – il œuvre à
stimuler les liens entre les communautés de tout le spectre de la discipline et les membres des institutions artistiques, tout en soutenant l’accès aux ressources dont les artistes de la danse ont tant besoin.

Membre de longue date du crew Supernaturalz, célèbre dans le monde entier, et cofondateur de Making Moves Creative House, Jon Drops Reid a travaillé auparavant comme consultant en communication dans le domaine de la danse pour la Canadian Actors Equity Association (CAEA), sensibilisateur jeunesse pour la Toronto Alliance for the Performing Arts (TAPA), directeur de la danse durant sept ans pour le Manifesto Festival of Arts and Culture, directeur du marketing pour Back to the Underground (B2DU) promotions, ainsi que cofondateur et codirecteur artistique de Break It Down Dance Initiatives.

Il a également collaboré à la production de certains des plus grands événements nationaux de danse urbaine avec notamment des partenaires internationaux comme World of Dance Canada (WOD) pendant deux ans, ainsi que Keep on Dancing Canada (KOD) comme producteur principal, sans compter les nombreux autres projets qui ont contribué à faire croître la communauté de danse urbaine et la communauté de danse au sens large depuis 2000.

Gestionnaire des arts dynamique et danseuse de kathak très engagée dans le secteur à but non lucratif et le domaine des arts de la scène au Canada, Neetika Sharma a plus de huit ans d’expérience à son actif. Sa mission consiste à stimuler un changement social positif et à promouvoir l’inclusivité dans l’industrie de la danse grâce à la gestion artistique. Outre son rôle de directrice des opérations au CRTD, cette diplômée en administration des affaires de l’Université de Toronto travaille comme directrice générale pour DanceWorks, principal diffuseur de la danse indépendante à Toronto. Sa curiosité l’incite à suivre un cours en leadership des organismes à but non lucratif à l’Université métropolitaine de Toronto. Ayant œuvré auparavant en tant que gestionnaire pour CaribbeanTales Media Group/CineFAM, Fall For Dance North Inc. ainsi que d’autres organismes au service d’artistes de divers horizons, elle met sur pied en 2019, avec le soutien de ArtReach Toronto, le Katha-Ras Dance Lab, programme de facilitation chorégraphique destiné à autonomiser les jeunes danseuses de couleur sous-représentées à Toronto. L’édition numérique 2020 du Katha-Ras Dance Lab reçoit d’ailleurs l’appui du Conseil des arts du Canada. En outre, elle a collaboré avec ArtReach en tant que membre du jury d’attribution des bourses, participant également à la refonte de son programme de subventions pour les jeunes. Elle est par ailleurs associée au Nia Centre for the Arts en tant que mentore en lien créatif depuis 2020. Son travail axé sur la communauté a également été soutenu par la Fondation Laidlaw par le passé. Au-delà de ses qualités managériales, l’ambition créative de Neetika Sharma l’amène à explorer la riche tradition kathak et à innover, par la recherche, la création et l’interprétation, incluant des projets dans l’univers des films de danse.

Rachel Dupéré est une pianiste classique de formation qui a grandi dans la région de Montréal. Passionnée par la musique classique ainsi que par l’être humain, elle a entrepris des études collégiales en sciences humaines et en musique pour finalement jeter son dévolu sur la pratique pianistique. Détenant un baccalauréat en tant qu’interprète à l’Université de Sherbrooke, elle y poursuit maintenant ses études en accompagnement au piano, plus particulièrement l’accompagnement de danse classique, un domaine artistique qui la fascine et qu’elle souhaite intégrer à sa carrière de musicienne. En conjonction de ses études, Rachel intègre l’équipe de la CRTD en tant qu’administratrice au service aux membres dans les bureaux du Québec, tout en enseignant le piano et en suivant des cours amateurs de ballet.

Carola Jaque se tourne vers le secteur sans but lucratif après une fructueuse carrière de plus de quinze ans dans le secteur immobilier commercial, dans le but de cultiver sa passion pour la sensibilisation communautaire. Elle a soutenu et défendu avec détermination des organismes variés du Grand Toronto durant plusieurs années, axés principalement sur les programmes jeunesse, ainsi que les mouvements d’autonomisation consacrés aux femmes et aux jeunes.

Plus récemment, Carola Jaque a été directrice du développement et des partenariats stratégiques pour le Theatre Ontario https://www.theatreontario.org/, au sein duquel elle a œuvré pendant près de trois ans. Durant cette période, alliée précieuse de la communauté du théâtre et des artistes de la province, elle a également agi à titre de consultante pour des organismes comme I Can, We Can!, Elizabeth Correia Enterprises, ainsi que Think 2wice, où elle était responsable des partenariats et du développement de programmes.

En tant que directrice du développement et du financement, Carola Jaque est chargée de toutes les activités liées aux partenariats et au mécénat, ainsi que de la gestion globale des donatrices et donateurs.

Giulia Tripoli est née et a grandi à Montréal. Elle pratique la danse, la chorégraphie et la création sur les scènes locales, nationales et internationales depuis 2008. Construisant une carrière basée sur le respect de la discipline et la passion de l’art, la danse a été son véhicule de changement, pour elle-même et pour ceux et celles à qui elle enseigne. Son style unique est devenu sa marque de commerce pour la croissannce et l’innovation qui peut exister dans l’industrie de la danse.

Fondatrice de Tripoli Studios Inc. et son Agence d’artistes, Giulia a acquis une réputation dans le milieu en matière de précision, de professionnalisme et de raffinement. Son studio est devenu un incontournable de la scène montréalaise pour tout danseur-se qui souhaite s’entraîner dans un endroit accueillant et sans jugement.

Elle a été membre du jury pour iDance, 5678 Showtime, Move with the Beat, RepreZent ainsi que la fondation JFK Match des étoiles, pour n’en nommer que quelques-uns.

Giulia a récemment entamé une nouvelle aventure avec son amie et danseuse professionnelle, Sarah Steben. L’Atelier 5584 Inc. est un nouvel espace de co-création à Montréal qui offre l’occasion d’un produit créatif collaboratif de grande qualité et de donner une vitrine aux artistes.

Elle a maintenant l’honneur de joindre le Centre de ressources et transition pour danseurs (CRTD) en tant que Gestionnaire des opérations pour la province de Québec. Étant un organisme national charitable, CRTD est l’endroit parfait pour que Giulia puisse continuer de supporter les artistes en préconisant une communauté saine et harmonieuse.

P. Megan Andrews, Ph. D., est une artiste de danse et chercheuse, enseignante du mouvement, rédactrice et éditrice. Son travail recoupe la théorie et la pratique dans une variété d’intersections disciplinaires. Sa recherche artistique se penche sur l’esthétique de l’éthique dans les pratiques de mouvement, de voix, de perception et de relation, en rédaction critique poétique et en dialogue. Sa passion du mouvement et de la communication se manifeste de multiples façons dans son portfolio de projets.

Elle croit en la simplicité de l’écoute. Le processus émergent lui tient à cœur. Interprète polyvalente, Megan a dansé pour plusieurs chorégraphes contemporains expérimentaux et continue à développer ses propres propositions. Écrivaine et journaliste de talent, elle publie des essais, critiques et reportages dans des médias imprimés et numériques au Canada et à l’étranger.

Après un long passage dans le département de danse à l’université York, de 2004 à 2017, Megan a commencé à enseigner au School for Contemporary Arts à l’université Simon Fraser en 2017. Là, elle est aussi chercheuse invitée à l’Institute for Performance Studies de 2017 à 2019. Elle est reconnaissante d’avoir reçu une bourse Chalmers de recherche artistique en 2017. Rédactrice en chef fondatrice du magazine canadien de danse The Dance Current, Megan mène cet organisme à but non lucratif dans divers rôles pendant 20 ans et maintient une affiliation avec l’équipe. Certifiée en analyse du mouvement Laban, éducatrice et thérapeute en mouvement somatique agréée et instructrice en 3D WorkoutTM, Megan entraine des clients privés en conscience somatique et, chapeautée par l’organisme Embodied Leadership, elle travaille le mouvement pour le leadership dans le milieu des affaires. Elle a un doctorat en communication et études culturelles.

Megan reconnait les territoires traditionnels non cédés de la première nation Qayqayt, du peuple Coast Salish des nations x?m?θkw?y??m (Musqueam), Skwxwú7mesh (Squamish), et S?l?ílw?ta? (Tsleil-Waututh) où elle vit avec son mari et sa fille. pmeganandrews.com

« Je connais le CRTD depuis longtemps et j’ai profité de leur soutien pendant mes propres transitions de carrière. Grâce à cette expérience directe, je comprends bien la valeur du travail du CRTD. J’ai bien hâte de me retrouver en lien avec les membres de la Colombie-Britannique, et de leur servir au meilleur de mes capacités. » – Megan Andrews

Artiste de la danse queer vivant à Toronto, Emily Weaver danse depuis toujours. Sa passion pour le mouvement l’amène dans la Ville reine en 2019, pour étudier la danse contemporaine et les pratiques d’improvisation à l’Université York, où elle obtient un baccalauréat en beaux-arts, avec spécialisation en chorégraphie et interprétation en 2023 (avec distinction). Durant ses études, elle agit à titre d’interprète dans York Dances (2020, 2021, 2022), d’assistante-régisseuse pour Dance Innovations (2021), et de technicienne du son pour la présentation annuelle du Département de danse (2022). Emily Weaver a par ailleurs chorégraphié deux œuvres originales, Home is where the heart is (2022) et Climax (2022), qui lui ont valu la bourse commémorative en danse Spedding pour l’excellence de sa chorégraphie. Plus récemment, Emily Weaver a entamé une carrière en administration des arts, bénéficiant de contrats avec la ville de Waterloo, le Centre de ressources et transition pour danseurs, ainsi que le Festival Luminato : c’est avec grand enthousiasme qu’elle a œuvré pour ces remarquables organismes, contribuant de manière utile à la communauté artistique torontoise, et qu’elle poursuit son travail avec le CRTD dans ses nouvelles fonctions d’assistante à la mobilisation ! Emily Weaver s’intéresse beaucoup aux discussions sur la théorie féministe, le genre et la sexualité, sujets qu’elle intègre à sa pratique chorégraphique, tout en défendant l’égalité des chances pour les artistes PANDC et LGBTQIA+. Elle vise à créer des espaces sécuritaires afin que les gens de tous horizons puissent entrer en dialogue avec son processus artistique, et espère intégrer également cette approche au sein de son travail administrative !

Artiste de la danse contemporaine émergente, Jessica McKeown (elle) poursuit sa passion de la danse en explorant le travail de scène, la chorégraphie et l’enseignement. Ayant eu le privilège d’apprendre et de travailler auprès du personnel du CRTD, elle s’est découvert un nouvel intérêt pour le domaine administratif dans le secteur des arts. Le fait d’avoir débuté comme stagiaire dans cet organisme lui a permis de passer en douceur d’étudiante à employée et, grâce à son implication, elle ne cesse de réaliser l’importance des services offerts par le CRTD. Bien que Jessica McKeown se soit immergée dans le monde de la danse très jeune, elle n’a pas toujours eu l’impression de correspondre à l’image standard d’une danseuse. Cette expérience l’a motivée à partager et à encourager toutes sortes de singularité au sein de sa pratique. Avec son rôle d’assistante de programme au CRTD, elle se réjouit de tisser des liens avec des artistes de la danse de tout le Canada. Parallèlement à ses engagements professionnels actuels, Jessica McKeown espère obtenir un diplôme en administration des affaires et approfondir sa pratique de la danse par un entraînement régulier. Titulaire d’un baccalauréat de l’Université Simon Fraser, elle réside sur l’île de Vancouver, C.-B., avec son partenaire et ses deux chats.

Paige Wichers est originaire de Lethbridge (Alberta) et a fait partie de la première promotion du programme LCI Dance Arts Academy. Elle a poursuivi ses études à l’Université Simon Fraser de Vancouver, où elle a obtenu un baccalauréat en beaux-arts avec spécialisation en danse en 2022, ainsi qu’un diplôme du programme de formation professionnelle du Decidedly Jazz Dance Centre en 2023. Paige a eu le plaisir de travailler sur des spectacles en direct ainsi que sur des films et des émissions de télévision. Ses compétences et ses connaissances l’ont également amenée à travailler dans les coulisses en tant que régisseuse et directrice artistique. Elle est tombée amoureuse de Calgary et a hâte de voir ce qui l’attend.

Eugene « GeNie » Baffoe est un danseur de hip-hop, DJ, éducateur et cinéaste originaire de Montréal, Québec, vivant à Winnipeg, au Manitoba. Il étudie la culture hip-hop depuis plus de 10 ans, enseigne, interprète et participe à des compétitions partout dans le monde. Il est un artiste, instructeur et éducateur très énergique qui se consacre à la transmission authentique de la culture à sa communauté et à ses collègues.

À VENIR