Thomas K. Hafford, MD - médecine

Tous les danseurs peuvent pressentir, dans leur environnement, cette transition de carrière intense et parfois difficile, lorsqu’il faut quitter la danse pour retrouver la vie civile - avec son anatomie et ses énergies ordinaires.


Extrait de 25 Transitions © 2011 Dancer Transition Resource Centre.

Lieu de naissance : Detroit, Michigan
Formation principale : École Nationale de Ballet du Canada
A dansé avec : Anna Wyman Dance Theatre
Reconversion en : médecine, École de médecine de l’Université d’état Wayne, Detroit
Actuellement : médecin de famille - Providence Physician Group (Groupe de médecine de famille) Harbour Pointe, Mukilteo, WA, É.-U.

Ma femme et moi sommes ravis de voir notre jeune fils danser au son de la musique à travers la maison et sur le sol. Nous apprécions tous deux cette énergie bondissante et cet abandon joyeux. 

Je me souviens avoir été le seul garçon de mon école secondaire à Essexville, Michigan, à suivre des classes de ballet, en arrière d’un bar à l’ouest de la ville. Cela a ouvert toutes de possibilités à l’adolescent un peu à part que j’étais. Il était clair pour moi que je ne voulais pas devenir un médecin de première ligne, comme mon père, son grand-père et plus tard mon frère. D’accord, j’irais à l’université, mais j’étudierais le ballet et me dirigerais ensuite vers l’Opéra lyrique de Chicago. 

En 1979, à l’ENB de Toronto, Glen Gilmore a un peu changé mon parcours, lorsqu’il m’a fait clairement comprendre que je ne serais jamais un bon danseur de ballet. Heureusement, avant que je ne reçoive ce message dévastateur, j’avais été fasciné par le travail très physique et théâtral de l’Anna Wyman Dance Theatre, alors en plein essor sur la scène internationale. Avec cette petite compagnie dynamique et audacieuse, j’ai fait des tournées dans des écoles et des salles de spectacles à travers le Canada et les États-Unis. Nous étions des ambassadeurs culturels en Europe, en Inde et en Chine. La médecine signifiait alors seulement la guérison rapide de blessures physiques. 

Tous les danseurs peuvent pressentir, dans leur environnement, cette transition de carrière intense et parfois difficile, lorsqu’il faut quitter la danse pour retrouver la vie civile - avec son anatomie et ses énergies ordinaires. Je ne me rappelle pas du moment où j’ai commencé à regarder la question en face et à penser aller vers la médecine. J’étais déterminé à orienter mon énergie de danseur vers un domaine ambitieux ; à m’investir dans une discipline stimulante qui ait un impact positif sur le plus grand nombre de vies possible. Je n’ai pu réaliser ce nouveau rêve que grâce à l’aide généreuse du CRTD et de Joysanne Sidimus. Lorsque je suis finalement entré à l’école de médecine en 1988, j’avais leur plein soutien et plus encore. 

En 1995, j’ai obtenu mon diplôme après avoir terminé une résidence au Michigan, et ma femme et moi sommes retournés nous installer sur la Côte Ouest, notre région préférée, avec l’océan et les montagnes. Depuis 16 ans, j’exerce comme médecin dans la même clinique de soins de première ligne, à Mukilteo, Washington. J’ai parfois du mal à croire que presque 3 000 personnes me font aujourd’hui confiance, en tant que médecin de famille, et que j’ai mis au monde pas mal d’entre eux . Bien que ma femme enseigne activement la danse, ma danse à moi se limite maintenant au ski, à la course à pied et au kayak. 

Et tout est possible du côté des ambitions de carrière de notre beau garçon. 

Centre de ressources et transition pour danseurs (CRTD) – fondé en 1985

Soutenir les danseurs dans les diverses phases de transition, qu’ils soient en début de carrière, à mi-carrière ou en période de retrait.