Mary-Louise Albert

Comme nombre de mes collègues danseurs, j’ai appliqué mon éthique de travail, mon énergie et ma capacité de concentration–toutes qualités indispensables pour réussir dans le milieu de la danse professionnelle – à ma nouvelle aventure : retourner à l’école.


Extrait de 25 Transitions © 2011 Dancer Transition Resource Centre. Photo : Jocelyne Halle.

Lieu de naissance : Toronto
Formation principale : École de ballet Janet Baldwin et Sonja Chamberlain. J’ai également été apprentie avec les Grands Ballets Canadiens et suis allée à Banff.
A dansé avec : Judith Marcuse Dance Company, Anna Wyman Dance Theatre, Karen Jamieson Dance Company et comme danseuse indépendante. 
Reconversion en : gestion des affaires et gestion des arts
Actuellement : directrice générale et artistique du Norman Rothstein Theatre et du Festival Chuzpah !

Lorsque j’ai arrêté de danser professionnellement à 45 ans, je savais déjà que je voulais devenir directrice artistique et diffuseure pour continuer à appuyer la danse, bien que une façon différente. J’ai commencé à étudier en gestion des arts à l’Université Capilano, pour ensuite suivre une formation en gestion des affaires et en finance à l’Institut de Technologie de la Colombie-Britannique. Ma passion pour les arts a largement dépassé la danse pour inclure la musique et le théâtre, ce qui m’a menée à mon poste actuel de directrice générale et artistique du Norman Rothstein Theatre et du Festival Chutzpah !.

Heureusement, mon identité profonde de danseuse n’a pas changé. Comme nombre de mes collègues danseurs, j’ai appliqué mon éthique de travail, mon énergie et ma capacité de concentration – toutes qualités indispensables pour réussir dans le milieu de la danse professionnelle – à ma nouvelle aventure : retourner à l’école. Les danseurs sont intimement convaincus que, quel que soit leur degré de formation corps et esprit, leur apprentissage ne sera jamais fini. Parfois, et c’est normal, la formation prend des formes différentes avec les années, mais notre développement professionnel et personnel n’est ni limité ni stagnant. Essayer quelque chose de nouveau ne veut pas dire perdre ce qui est acquis ; c’est transférer ses connaissances et compétences sur un nouveau projet ou nouvel objectif, qui permet de progresser et d’explorer de nouvelles opportunités. Pour moi, c’est exactement ce que le CRTD représente.

L’aide que le CRTD m’a apportée m’a permis de sortir de ma zone de confort, de me fixer un objectif et de plonger dans un type de formation entièrement nouveau, qui a préparé la voie à une nouvelle étape de mon exploration artistique et personnelle – loin de la scène. Je n’aurai évidemment pas eu les moyens financiers d’obtenir des diplômes de deux excellents programmes d’études si le CTRD ne m’avait pas accordé d’abord une Bourse de recyclage et ensuite, la Bourse commémorative Eric Bruhn. Je voue une reconnaissance sans limite à ce merveilleux organisme, et je suis fière d’en être membre depuis ses débuts. 

Je me sens privilégiée. J’ai eu une très longue carrière de danseuse, j’ai deux enfants formidables (qui sont adultes maintenant !) et un mari d’un grand soutien et amateur de danse, qui ont tous été auprès de moi lorsque je suis retournée à l’école… deux fois…la fille la plus âgée de la classe.

Centre de ressources et transition pour danseurs (CRTD) – fondé en 1985

Soutenir les danseurs dans les diverses phases de transition, qu’ils soient en début de carrière, à mi-carrière ou en période de retrait.