AnneBruce Falconer - horticulture biologique

Je voulais retrouver à la fois la montée d’adrénaline et l’occasion de créer que j’avais en danse, et non seulement je les ai trouvées en cultivant mais cela m’a paru incroyablement naturel.


Extrait de 25 Transitions © 2011 Dancer Transition Resource Centre. Photo : Erich Kory.

Lieu de naissance : Winnipeg, MB
Formation principale : École du Royal Winnipeg Ballet, Le Groupe de la Place Royale
A dansé avec : Louise Bédard, Danielle Desnoyers, Jean-Pierre Perreault, en tant que danseuse indépendante
Reconversion en : horticulture biologique
Actuellement : copropriétaire de la Ferme Liberterre 

À l’instant, ma truie est sur le point de mettre bas une litière de porcelets, et ma liste de tâches à faire inclut : traire les vaches, récolter la production de cette année de pommes de terre et haricots, faire des conserves de tomates, en plus de commencer la récolte d’ail. 

J’ai acheté les 25 acres de terre sur lesquels se trouve la Ferme Liberterre il y a six ans, alors que je vivais à Montréal, occupée à plein temps à danser, enseigner et faire des tournées. J’avais toujours eu un jardin potager, mais mon horaire de travail plutôt chargé en spectacles ne me laissait pas le temps nécessaire pour me concentrer et l’entretenir correctement - je pouvais seulement y aller en fin de semaine, ce que je faisais aussi souvent que possible. Cela faisait 20 ans que je dansais lorsqu’un jour, en studio, j’ai regardé par la fenêtre et ai soudain pensé, « je pense que je viens de perdre ma récolte de laitues. » J’ai clairement vu que je ne pouvais faire les deux activités en parallèle, et que ma vie partagée entre ville et campagne ne fonctionnait pas. Cela m’a forcée à faire un choix : avais-je fait assez de tournées ? Ma carrière de danse était-elle finalement satisfaisante ? Pouvais-je envisager un aussi grand changement ? Quelque part au fonds de moi, je sentais la réponse, « je dois le faire, même si aujourd’hui je ne sais pas pourquoi, la réponse viendra. » C’est mon mari qui m’a encouragée à prendre contact avec le CRTD.

J’ai tout d’abord fait une recherche sur ce que se lancer dans l’agriculture à temps plein impliquerait, et j’ai réalisé l’ampleur de ce que j’aurais à apprendre. En plus, comme j’étais intéressée par la culture biologique biodynamique et à petite échelle, une formation en agriculture traditionnelle ne me convenait pas - il fallait que j’apprenne sur le terrain. Après pas mal de recherches, j’ai soumis au CRTD une demande de stage d’apprentissage. J’étais un peu angoissée, car personne n’avait jamais fait une demande de ce genre. Et cependant, ma demande a été acceptée avec enthousiasme et j’étais folle de joie - et toute énervée !

J’ai commencé par apprendre le b.a.-ba, c’est-à-dire la dynamique des sols et les systèmes de racines, mais le plus important de tout, l’humilité devant Mère Nature. J’ai fait mon apprentissage auprès de fermiers qui m’ont tout de suite traitée comme une égale et j’ai réalisé que ce que je voyais initialement comme un stage d’apprentissage était vraiment ma nouvelle vie - le processus d’apprentissage se poursuivra durant toute ma vie, chaque année est différente de la précédente, il y a toujours des choses nouvelles à apprendre et il n’y aucun espace pour l’ego - comme en danse. Je voulais retrouver à la fois la montée d’adrénaline et l’occasion de créer que j’avais en danse, et non seulement je les ai trouvées en cultivant mais cela m’a paru incroyablement naturel.

Centre de ressources et transition pour danseurs (CRTD) – fondé en 1985

Soutenir les danseurs dans les diverses phases de transition, qu’ils soient en début de carrière, à mi-carrière ou en période de retrait.